Fureur de lire 2019

La Fureur de lire est un festival littéraire issu d’un partenariat entre le Cercle de la librairie et de l’édition Genève, la Maison de Rousseau et de la Littérature, et les Bibliothèques municipales. 

Vous trouverez encore pus de détails sur le programme ainsi que tous ls événements pour la jeunesse sur Fureur de lire 2019

Avec le soutien du DCS (Département de la cohésion sociale) et du DIP (Département de l’instruction publique)

LES KOUYA, Denis Ramseyer
VOYAGE ETHNOGRAPHIQUE
Fondation Barbier-Mueller 11:00 – Durée 45 min

Bienvenue dans un monde en grande partie disparu. Sa langue est menacée d’extinction, ses habitants ne peuvent plus vivre selon leurs traditions. Reste heureusement le travail de Denis Ramseyer, qui lui a consacré 45 ans d’observation et vient de terminer Les Kouya de Côte d’Ivoire, un peuple forestier oublié, colossal ouvrage de synthèse sur l’ensemble de ses enquêtes. L’ethnologue nous parle de la culture de ce peuple, de son habitat et de ses croyances, entre autres aspects de sa précieuse existence.

AU LONG COURS, Adrienne Barman, Francine Bouchet
FUREUR ET JOIE DE LIRE!
Bibliothèque municipale de la Cité, Multi, 12:15 – Durée 1h

A l’occasion de l’exposition rétrospective L’odeur de l’herbe sur mes pantalons, consacrée au travail d’Adrienne Barman, l’auteure, illustratrice et graphiste partage une causerie avec son éditrice, et fondatrice des éditions La Joie de lire, Francine Bouchet. Leur rencontre en 2006, avec la publication de A vos fourneaux, a débouché sur une fertile collaboration, où se pressent abécédaires, livres de recettes, illustrations de contes classiques, encyclopédies magnifiant les règnes végétal et animal… Un monde en soi.
L’odeur de l’herbe sur mes pantalons : exposition à voir jusqu’au 26.01.2020. Ma-ve 10h-19h,sa 10h-17h, di 13h-17h à la Bibliothèque municipale de la Cité

UNE LETTRE INNOMBRABLE, texte Jean Firmann, dessins Aude Barrio, musique Ensemble Batida
TRIANGULATION MULTIFORME
Librairie Cumulus 17:00 – Durée 2h

Du texte à la bande dessinée, puis du dessin à la musique : un rendez-vous en deux étapes. Comme dans un jeu de billard à trois bandes, la dessinatrice Aude Barrio transforme en récit visuel Une lettre innombrable, long poème sans ponctuation du poète genevois Jean Firmann. Puis à 18h, les cinq musiciens de l’Ensemble Batida rebondissent sur les images pour inventer une partition musicale. Le premier temps dure une demi-journée, le deuxième une soirée. Ecriture littéraire, graphique et sonore main dans la main.

SOIREE UPPERCUT, Laure Mi Hyun Croset, Claire Genoux, Florian Eglin, Giuseppe Merrone
RENCONTRE SPORTIVE
Librairie Payot – Rive gauche 17:30 – Durée 45 min

Dans sa collection Uppercut, la maison d’édition lausannoise BSN Press déflore le monde du sport. Résultat : des fictions brèves, sous tension, où les disciplines sportives révèlent leur complexité, entre intimité et spectacle, aliénation et dépassement de soi. Présentation de cette dynamique collection en présence de l’éditeur et des auteurs Laure Mi Hyun Croset (Pop-corn girl ou le sport sur un campus universitaire américain), Claire Genoux (Giulia sur l’alpinisme) et Florian Eglin (le MMA dans En pleine lumière).

TU ES LA SŒUR QUE JE CHOISIS. Mise en lecture et jeu Agathe Hazard Raboud. En partenariat avec Les Créatives. MOSAIQUE FEMINISTE
Librairie du Boulevard 18:00 – Durée 1h

Elles ont avancé en éclaireuses avant la bataille. Au printemps dernier, alors que se prépare la grève du 14 juin, plus de trente écrivaines et illustratrices romandes exposent dans Le Courrier la condition féminine d’hier et d’aujourd’hui, la leur ou celle de leur mère, de leur fille, ou de toute autre femme dont elles se sentent proches. Liseuse expérimentée, Agathe Hazard Raboud égrène en musique un choix de récits, poèmes ou textes de théâtre, tirés de Tu es la sœur que je choisis (coédité par les éd. d’En bas et Le Courrier).

VILLE BAVARDE. De et avec Guillaume Rihs. Voix off Jacques Maître, Maria Mettral, Alizé Oswald et les élèves de la filière préprofessionnelle du Conservatoire de Genève. En partenariat avec le Centre culturel suisse Paris.
PROPOS VOLES
Librairie Atmosphère 18:00 – Durée 1h

Guillaume Rihs aime se promener en ville. Il aime aussi écouter discrètement les conversations des gens, il a même été jusqu’à les retranscrire et à les publier. Dans Ville bavarde (éd. d’autre part), ce chasseur d’échanges anonymes égrène plusieurs dizaines de spéci- mens glanés à Genève pendant un an et demi. En alternance avec des dialogues enregistrés et dits par des comédiens, l’auteur lit une série de ces partitions urbaines, où se joue une petite musique émouvante et drôle.

LES CHOSES HUMAINES, Karine Tuil. Lecture Vincent Kucholl
RENCONTRE-LECTURE
Théâtre Pitoëff 19:30 – Durée 1h30 Modération Jean-Marie Félix

Karine Tuil nous avait déjà irradiés avec L’insouciance (2016). Elle revient sur le devant de la scène littéraire avec un nouveau roman virtuose, Les choses humaines (éd. Gallimard) – un des livres les plus remarqués de cette rentrée. Un éclatant uppercut dans la fourmilière du pouvoir et des rapports de domination.

Les Farel forment un couple d’influence. Lui est un journaliste renommé, elle une intellectuelle reconnue pour ses engagements féministes. Mais leur parfaite construction sociale bascule le jour où leur fils, un brillant étudiant voué à une grande carrière, est accusé de viol.
Nous sautent alors à la figure notre société de faux-semblants, d’imposture, notre monde sous la coupe des réseaux sociaux où la mise en scène de soi et les jugements à l’emporte-pièce sont de rigueur. L’art de Karine Tuil consiste précisément à nous demander de prendre le temps avant de juger, dit combien chacune de nos vies est complexe, susceptible de vaciller du jour au lendemain. Amour et sexe, consentement, déni, culte de la performance et de l’apparence : avec un courage admirable, Karine Tuil brasse les cartes de nos repères, radiographie la machine judiciaire, élève le débat au-delà de toute idéologie. On referme la dernière page avec la sensation d’être un boxeur mis au sol, K.O. Et pourtant infiniment reconnaissant.

Pour faire résonner ce texte, un autre acrobate : le comédien Vincent Kucholl, qui lira en ouverture des extraits des Choses humaines.

PLANETE SAUVAGE EN COURS, Alisa Host, René Longet
DIALOGUE ECOLOGIQUE
Librairie Vent des Routes 17:00 – Durée 40 min. Modération Yvan Hostettler

La terre, les mers et les montagnes sont en train d’étouffer sous les déchets que nous produisons. La voyageuse Alisa Host appartient auxvoix ferventes qui appellent à une responsabilité collective pour le respect de la planète. Dans son nouveau roman Zéro trace (éd. Plan Vert), elle s’intéresse aux perfides rebuts que les touristes abandonnent sur le sol népalais. Pour réfléchir à comment alléger notre empreinte, elle dialoguera avec René Longet, dont l’engagement écologique n’est plus à démontrer.

LE SIECLE D’EMMA. Avec Eric Burnand, Fanny Vaucher. Lecture Claire Deutsch
SAGA SUISSE
Librairie Papiers Gras, 17:00 – Durée 1h. Modération Raphaël Oesterlé

La Suisse : un petit pays pantouflard, hors du temps et des troubles de l’Histoire. Pour démentir cette image lisse de la nation helvétique, le journaliste Eric Burnand et l’illustratrice Fanny Vaucher ont conçu Le siècle d’Emma (éd. Antipodes). Une traversée du 20e siècle suisse, entre illusions et turbulences, accointances nazies, conflits sociaux, revendications féministes et autres bouleversements. Avec une projection de planches originales et la lecture d’extraits par la magnétique comédienne Claire Deutsch.

LES DESSOUS D’UN PREMIER ROMAN. Sven Bodenmueller, Simona Brunel-Ferrarelli, Olivier Papaux
RENCONTRE INTROSPECTIVE
Théâtre Pitoëff, Petite scène (50 places) 18:00 – Durée 1h
Modération Laurence de Coulon

Simona Brunel-Ferrarelli, Olivier Papaux et SvenBodenmüller ont ceci en commun : ils viennent de publier leur premier roman chez Encre Fraîche. La première signe Les battantes au cœur de l’Italie d’autrefois ; le second imagine Les enfants de la baie, une quête obsessionnelle aux prises avec les apparences, et le troisième livre une fable inspirée dans La plume du calamar. Ils arpentent pour nous les injonctions intimes et autres motivations qui poussent à écrire jusqu’à se faire éditer.

A LA CONQUETE DU CAUCASE. Eric Hoesli. 
CONFERENCE GEOPOLITIQUE
Centre universitaire protestant, 7e étage 18:00 – Durée 1h
Voilà un coin de terre peu fréquentable. On y rencontre des grands trafiquants, des intégristes musulmans, des nationalistes et des grandes puissances en quête de pétrole, le tout dans une région dont les Etats (Tchétchénie, Nagorny Karabakh, Abkhazie, Ossétie du Sud) ne cessent de se disputer. Journaliste et éminent spécialiste de la Russie, Eric Hoesli raconte le Caucase avec images à l’appui (A la conquête du Caucase, éd. des Syrtes). De quoi comprendre enfin des enjeux dont dépend l’équilibre du monde.

QUAND LES LIVRES S’ANIMENT, Harry Koumrouyan
LECTURE EN 3D
Librairie Atmosphère 18:00 – Durée 45 min

Harry Koumrouyan, l’auteur d’Un si dangereux silence et de L’impératrice des Indes (parus aux éditions de l’Aire), nous invite à un voyage au cœur d’Atmosphère, une librairie aux airs de cabinet de curiosités. Au fil de ses envies – et des vôtres –, l’écrivain tire un livre d’un rayon, puis un autre. Contes de fée, Fables de La Fontaine, textes d’hier et d’aujourd’hui, il les lit et les donne en partage, tandis qu’autour de lui les objets s’animent. Un joyeux moment à passer en famille, petits et grands réunis.

HYPERTOPIE, André Ourednik. Musique Gwenaël Grossfeld
CONFERENCE AUGMENTEE
Bibliothèque municipale de la Cité, Espace le 4e, 18:30 – Durée 40 min

Ici et là-bas n’existent plus. Tout est partout dans un espace immense dont on peut atteindre instantanément chaque point. Voilà pourquoi l’internet, avec son archivage massif de données, constitue une utopie au carré. Docteur en géographie, data scientist, créateur multitâche et auteur d’un essai sur le processus d’encerclement de nos vies par le filet numérique, André Ourednik raconte ses idées sous forme d’une conférence infiltrée d’une matière sonore propre à augmenter nos états de conscience.

SANS SILKE. Nicole Garcia,
Michel Layaz

Théâtre Pitoëff
20:00 – Durée 1h30. Modération Mélanie Croubalian

Elle crève l’écran, Nicole Garcia, nous en met plein les yeux et les oreilles, avec son charisme enveloppant, sa voix profonde et sensuelle.

Cette grande dame du cinéma débute sa carrière d’actrice en 1967. Depuis elle ne cesse d’arpenter le 7e art. Récemment encore, elle incarnait une psychiatre auprès de Juliette Binoche, dans Celle que vous croyez de Safy Nebbou. En 1990, elle passe derrière la caméra pour réaliser son premier long métrage. S’ensuivent huit films, remarqués et remarquables, dont L’ adversaire, d’après le roman d’Emmanuel Carrère, Place Vendôme, Un balcon sur la mer ou encore Mal de pierres, adapté du livre de Milena Agus. Comédienne accomplie – elle joue aussi au théâtre –, force discrète et magnétique, elle cumule les nominations et les distinctions, autant pour son jeu que pour ses réalisations.

Nicole Garcia fait résonner pour nous le romande Michel Layaz, Sans Silke (éd. Zoé, Prix Rambert 2019), ou la trajectoire d’une petite fille malmenée par des parents narcissiques, entièrement absorbés par leur histoire d’amour.Mais le monde onirique de l’enfance contre- balance avec grâce la brutalité tapie dans les rapports humains.

Auteur d’une quinzaine de livres, dont Les larmes de ma mère et Louis Soutter, probablement (Prix suisse de littérature 2017), MichelLayaz appartient aux plumes majeures de la littérature helvétique.

JE T’AIME AFFREUSEMENT. Texte Estelle Gapp. Lecture Estelle Gapp, Aleksandra Svinina
REPARATION FRANCO-RUSSE
Librairie nouvelles pages 11:00 -Durée 45 min

Sans elle, la célèbre Marina Tsvetaeva aurait fini dans l’oubli. Ariadna Efron a  été sa première éditrice et son infatigable messie pendant vingt ans. Détail important : elle était aussi la fille de la poétesse et la seule survivante d’une famille décimée par Staline. Estelle Gapp a écrit la lettre qu’Ariadna aurait pu envoyer à sa mère pour dire sa colère d’avoir dû lui sacrifier sa vie. Avec Aleksandra Svinina, historienne et spécialiste de Tsvetaeva, elle répare à son tour l’oubli dans une lecture à deux langues.

JEAN HEGLAND, RENCONTRE. En partenariat avec les éditions Gallmeister
AUTOUR DE DANS LA FORET
Bibliothèque de la Cité , Multi 15:00 – Durée 1h. Modération Sita Pottacheruva

Nell et Eva, deux adolescentes, vivent dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Dehors, le monde a basculé : plus d’électricité ni d’essence, plus de trains ni d’avions. Des rumeurs courent, les gens fuient. Quand leurs parents disparaissent, elles restent déterminées à survivre et à continuer de grandir. A leurs côtés dans l’adversité, demeurent la nature – emplie d’inépuisables richesses – et leur passion de la danse et de la lecture. Bienvenue Dans la forêt (éd. Gallmeister).

QUAND UN AUTEUR S’INVITE EN CLASSE
Avec des élèves de l’ECG Jean-Piaget et du Collège Calvin. Mise en lecture Isabelle Chladek. En collaboration avec Ecole&Culture
LECTURES EN HERBE
Théâtre Pitoëff, 15:00 – Durée 1h

Côtoyer des écrivains en chair et en os pour libérer l’imaginaire et décomplexer le rapport à l’écriture : c’est la proposition des éditions Zoé. Arthur Brügger, Daniel Vuataz et Jérémie Gindre – trois auteurs de cette maison – ont donné des ateliers auprès d’élèves des établissements Jean-Piaget et Calvin. Sur les thèmes de l’écologie, la consommation et le climat, ils ont aiguillonné l’imagination de ces poètes en herbe, dont une brochette lit une sélection des textes produits, sous l’œil avisé d’Isabelle Chladek.

LA MACHINATION, Jeremy Ergas
PEREGRINATION VENGERESSE
Balade littéraire. Départ à 15:00 dans la Roseraie du parc La Grange, devant la Pergola – Durée 1h

Tu n’écriras pas de romans commerciaux. Tu n’en publieras pas non plus. Avec une cruauté inspirée de La Colonie pénitentiaire de Kafka, un esprit vengeur grave des commandements comminatoires dans la peau de ses victimes. Dans La machination (éd. Slatkine), un puriste nous parle. Pour lui, la littérature est un art sacré, il est prêt à tuer pour la sauver. Du parc La Grange à Cologny, Jeremy Ergas emmène ses auditeurs sur les lieux-clés de son polar. A chaque station, une pause lecture.

JOURNAL D’ANNE FRANK, L’ALTITUDE DES ORTIES
LECTURE MEMORIELLE
Fondation Martin Bodmer, 16:00 – Durée 1h

Pendant deux ans, elle s’est cachée dans un appartement secret. Et elle a écrit. Du 12 juin 1942 au 1er août 1944, Anne Franck note ses observations et sentiments de jeune fille de 13 ans, qui chaque jour craint d’être déportée avec les siens. La Fondation Bodmer a récemment acquis son Journal dans une édition originale rare. La comédienne Lola Gregori lui prête sa voix en marge de l’exposition Guerre et Paix, où se confrontent les pulsions belliqueuses et le profond désir de paix qui habitent l’être humain.

PETITE BRUME. Texte Jean-Pierre Rochat. Avec Jean-Louis Johannides, Tom Tirabosco. En partenariat avec SIG et le Centre culturel suisse Paris
LECTURE DESSINEE
Quartier Libre SIG (50 places), 16:00 – Durée 1h. En présence de Jean-Pierre Rochat

Un paysan assiste impuissant au démantèlement de sa ferme, à la vente aux enchères de ses vaches, de ses biens. Adjugés, ses souvenirs et sa dignité. Petite Brume de Jean-Pierre Rochat – bestseller des éditions d’autre part – secoue et bouleverse. Alors que Jean-Louis Johannides donne sa voix à ce texte plein de vie et de chagrin, Tom Tirabosco dessine en direct, au gré des images que lui inspirent les mots. Et cela, au cœur de l’exposition d’illustratrices et illustrateurs suisses pour la jeunesse, ABCH.
ABCH : exposition à voir jusqu’au 1er mars 2020. Lu-ve 9h-17h, sa-di 10h-17h. Quartier Libre SIG, Pont de la Machine

L’ALTITUDE DES ORTIES de et avec Fred Bocquet, Michaël Perruchoud
MARATHON POUR UNE DISLOCATION
Théâtre Pitoëff, Petite scène (50 places), 16:30 – Durée 30 min

Où est passé le petit Virgile ? Il est trop tard quand ses parents s’aperçoivent de son absence : ils ont déjà démarré la voiture, ils roulent depuis un moment. L’altitude des orties (éd. Cousu Mouche) est le fait de huit auteurs, réunis lors d’un marathon d’écriture de 50 heures. A tour de rôle, ils et elles se relaient dans une cabine téléphonique située à Fribourg et transformée en galerie d’art, la Cabinerie. Deux d’entre eux distillent ici des fragments de cette œuvre originale, sur la dislocation d’un couple.

CRAIG JOHNSON, RENCONTRE. En partenariat avec les éditions Gallmeister
AUTOUR DE WALT LONGMIRE ET DRY BONES
Bibliothèque de la Cité, Multi 17:00 – Durée 1h. Modération Sita Pottacheruva

De l’imaginaire inspiré de Craig Johnson est sorti le fameux shérif Walt Longmire. Ses aventures ont donné naissance à une série de polars trépidants (éd. Gallmeister, 2005-2019) au succès mondial. Dans l’univers noir et tendu de ce maître du thriller, on croise un éventail de personnages hauts en couleurs, une bonne dose d’humour et de lyrisme, et ce qu’il faut de tragique et d’émerveillement pour nous le rendre inoubliable. Rencontre avec un écrivain profondément humain.

NOEMI LAPZESON LIT SES POETES. 
Texte Roberto Juarroz, Alejandra Pizarnik. EXPLORATION DU FLUX. Lecture Noemi Lapzeson. Saxophone Eduardo Kohan

HOMMAGE A NOEMI LAPZESON
Librairie Albatros 17:00 – Durée 1h

Elle ne nourrissait pas seulement la danse contemporaine de sa force créative. Noemi Lapzeson lisait aussi des poètes argentins dans des musées, des librairies, des festivals, tandis qu’Eduardo Kohan improvisait au saxophone à ses côtés. Par bonheur, ce dernier détient des enregistrements de la chorégraphe lisant Roberto Juarroz et Alejandra Pizarnik, deux figures marquantes de la poésie argentine. Le saxophoniste ressort ses archives sonores et reprend son instrument pour ressusciter ces moments de grâce.

LE SANG DES LILAS
Texte Michel PorretLecture Jean Leclerc, Sylvie Nickbarte, Michel Porret. Musique Leo Fumagalli, Lucien Leclerc
AUTOPSIE RETROSPECTIVE
Café Voisins Grenus, 18:00 – Durée 1h

En 1885 à Genève, une mère épuisée de chagrin égorge ses quatre enfants, puis rate son suicide. Au cours d’un procès resté célèbre, Jeanne Lombardi deviendra «La Médée de Coutance». Historien des Lumières et spécialiste de la justice criminelle, Michel Porret a travaillé pendant quinze ans sur cette affaire qui a changé les tribunaux. Sous les couleurs d’un duo jazz, le chercheur lit en trio son Sang des lilas (éd. Georg), minutieuse autopsie des ressorts sociaux, judiciaires et médico-légaux du terrible crime.

EXPLORATION DU FLUX
Texte et lecture Marina Skalova. Musique Simone Aubert
TORRENTS EN BOUCLES
Les 4 coins, 18:00 – Durée 1h

Face au déluge médiatique et politique dans lequel se noie l’Europe des réfugiés, opposer
é son tour un torrent de mots, d’émotions, de rythmes, de rage et de mélancolie. Ainsi font Marina Skalova et Simone Aubert, l’une avec une plume de feu dont est né un livre tout en boucles littéraires (éd. Seuil), l’autre avec une guitare qui décharge une musique bruitiste et dissonante, elle aussi répétitive, noces incandescentes du minimalisme tribal et du rock d’avant-garde.

L’ALTITUDE DES ORTIES
De et avec Sébastien G. Couture, Lolvé Tillmanns
MARATHON POUR UNE DISLOCATION
Théâtre Pitoëff, Petite scène (50 places), 18:30 – Durée 30 min

Où est passé le petit Virgile ? Il est trop tard quand ses parents s’aperçoivent de son absence : ils ont déjà démarré la voiture, ils roulent depuis un moment. L’altitude des orties (éd. Cousu Mouche) est le fait de huit auteurs, réunis lors d’un marathon d’écriture de 50 heures. A tour de rôle, ils et elles se relaient dans une cabine téléphonique située à Fribourg et transformée en galerie d’art, la Cabinerie. Deux d’entre eux distillent ici des fragments de cette œuvre originale, sur la dislocation d’un couple.

DEPLOYER
Bérénice Bejo, Douna Loup
Théàtre Pitoëff, 20:00 – Durée 1h30. Modération Alexis Favre

Elle porte chaque rôle avec la même sincérité vibrante. Bérénice Bejo, la radieuse, explore les registres et convainc autant dans le drame, la comédie et le polar.

En 2000, elle est repérée avec Meilleur espoir féminin de Gérard Jugnot qui lui vaut une nomination aux César. En 2012, c’est la consécration : éblouissante auprès de Jean Dujardin – qu’elle avait déjà côtoyé dans OSS 117 -, elle reçoit le César de la meilleure actrice pour The Artist de Michel Hazanavicius. Deux ans plus tard, elle obtient le Prix d’interprétation féminine au festival de Cannes pour Le Passé de Asghar Farhadi.

Sensibilité à fleur de corps, Bérénice Bejo se glisse dans l’intimité de Déployer de Douna Loup (éd. Zoé). Cette œuvre rhapsodique se compose de sept feuillets détachés. Ils se lisent dans n’importe quel ordre, au gré de combinaisons infinies, à l’image des multiples vérités de leur protagoniste Elly.

Femme, amante, mère, enfant blessée, Elly veut «courir libre dedans». Avec Danis, elle forme un couple simple et lumineux. Pourtant, chacun vit un amour adultère. De sa prose crue et poétique, Déployer trace un chemin vers l’affranchissement et parle franchement de jalousie, de désir, de mort et de peur. Une quête de soi qui ose aussi s’aventurer sur le terrain politique, où l’Autre, le réfugié, devient un ami.

Née à Genève, Douna Loup signe ici un quatrième roman lancinant, après L’embrasure (salué notamment par le Prix Schiller découverte), Les lignes de ta paume et L’oragé, publiés au Mercure de France.

 

 

AMOUR FUSION AU FEMININ
Diane Peylin, Chirine Sheybani
En partenariat avec Lettres Frontière
UN PEU, BEAUCOUP, PASSIONNEMENT
Les Recyclables (40 places), 11:00 – Durée 1h. Modération Nine Simon

Deux fictions, deux histoires d’amour intense, urgent, qui bouscule. Mais si l’une décrit un lien qui construit, l’autre radiographie une passion destructrice. Pour Chirine Sheybani et son premier roman Nafasam (éd. Cousu Mouche), l’amour est un compagnon de route qui permet de regarder la vie droit dans les yeux, envers et contre toute épreuve. La Grande Roue (éd. Les Escales) de Diane Peylin rappelle en revanche combien les plus beaux contes de fée peuvent être cruels.

CONFESSION D’UNE DYSLEXIQUE
Amanda Oriol, Pascale Kramer
CONFIDENCES CROISEES
Espace Regards croisés (40 places), 11:00 – Durée 1h. Modération Salomé Kiner

«Avec le temps, on découvre que la dyslexie nous a bien eus», écrit la lumineuse Amanda Oriol dans son récit-confession (éd. des Sables). Tant que ce trouble de l’apprentissage n’est pas diagnostiqué, ceux qui en souffrent passent pour têtes en l’air, un brin idiots, bêtes noires de la maîtresse.

Il est urgent de parler de cette difficulté plus répandue qu’on ne le croit et qui, si on la cerne, n’empêche pas de réussir sa vie. La preuve : Pascale Kramer, écrivaine reconnue, saluée par le Prix suisse de littérature pour Autopsie d’un père… Ou comment faire un pied-de-nez à la dyslexie.

TRADUCTION SOUS VERRE
Collectif Craduction (Cindy Bannani, Gilles D’Andrès, Valentin Decoppet, Eva Marzi, Anina Mirjam Schärer)
METISSAGE OULITRANSPESQUE
Uni Bastions, Salle 108 (50 places), 11:00 – Durée 45 min

Comment s’y prendre pour traduire à la volée un texte dont on ne connaît pas la langue ? Eh bien c’est simple : on réunit un collectif créatif et on improvise en rebondissant sur le son des mots, leur rythme, les sensations qu’ils suscitent.

De cette «pseudo-traduction» naît un objet littéraire en trompe-l’œil à nombreuses facettes et pistes potentielles. Une performance qui métisse français, groenlandais, tchèque et wolof dans le sillage de l’Oulipo et de son petit cousin l’Outranspo.

AU VILLAGE
Collectif Caractères mobiles (Catherine Favre, Mathias Howald, Benjamin Pécoud). Musique Marcin de Morsier
ITINERAIRE SUR COMMANDE
Théàtre Pitoëff, Petite scène (50 places), 11:00 – Durée 50 min

Pouvez-vous m’écrire une déclaration d’amour ? Chaque matin, avec table et chaises, Catherine Favre, Mathias Howald et Benjamin Pécoud se sont installés devant l’épicerie de Montricher, dans le canton de Vaud. Là, en écrivains publics, ils ont réalisé les demandes des habitants : un discours, un portrait, un conte, une histoire du village, un poème… A trois voix et sur fond sonore, Au village (éd. d’autre part) offre ses histoires comme autant de rencontres.

GANDA
Eugène
LETTRE A UN RHINOCEROS
Les 4 coins (45 places), 11:30 – Durée 1h

Eugène appartient à la famille très peu nombreuse des écrivains qui savent danser dans le plus pur style Bollywood. A cette spécialité s’ajoute une capacité pas plus répandue à raconter des histoires abracadabrantes que avec un talent qui fait regretter qu’elles soient fictives. L’auteur affirme que la mésaventure de Ganda (éd. Slatkine), pauvre rhinocéros offert au roi du Portugal il y a 500 ans, est bien réelle. Il pense même demander au public d’écrire à l’animal. A vos risques et périls.

L’INSTINCT, LE CŒUR ET LA RAISON
Texte Daniel PennacLecture Valérie FrisonDanse Joseph Abdoulaye Sanou. Musique Valérie Frison, Goféfo Konaté, Pascal Sanou
APPEL A L’OUVERTURE
Maison internationale des Associations (50 places), 12:00 – Durée 45 min

Qui sont les réfugiés ? C’est nous. Même si elle paraît évidente, cette idée demandait à être formulée dans un texte court et compréhensible par tous, petits et grands. C’est ce qu’a fait Daniel Pennac par cet écrit percutant. Musicienne passionnée de danse et de musique d’Afrique de l’Ouest, Valérie Frison lit cet appel à ouvrir son cœur et son esprit, auquel elle ajoute des portraits de migrants. Un danseur acrobate et deux balafonistes l’accompagnent avec leurs masques et luths burkinabés.

LES OISEAUX DE DOLL-DOSHI
Texte Elisa Shua Dusapin. Performance Elisa Shua Dusapin, Marion Etienne
CONTE ATMOSPHERIQUE
Ecole de danse de Genève (60 places), 12:00 – Durée 30 min

Quelque chose cloche dans la cage dorée de l’enfant. Mais quoi ?Difficile de savoir. Faute de vocabulaire, on est peu bavard au pays de Doll-Doshi. Lauréate du Prix suisse de littérature 2019, Elisa Shua Dusapin matérialise le sentiment d’un drame qui se prépare dans un univers clos, hypnotique et crépusculaire, où les oiseaux vivent les yeux cousus. Sauf un. L’auteure lit son texte, tandis que la comédienne Marion Etienne crée en silence des tableaux corporels.

LES MACARONIS DES CHIENS
Christophe Rey

CONFERENCE GASTRONOMIQUE
Musée du Vieux Plainpalais (20 places), 12:00 – Durée 40 min

Quand il était petit, Christophe Rey voyait sa grand-mère préparer des pâtes au fromage pour ses chiens. Et puis de temps à autre, elle en faisait pour lui. Comment nourrissons-nous nos animaux domestiques ? S’ils mangent parfois la même chose que les humains, pourquoi l’inverse est-il rarement observé ? Le souvenir d’enfance a mené l’écrivain, poète et photographe vers une conférence composée avec minutie et un brin de cocasserie. De l’art de bien préparer les croquettes.

A L’AUBE DES MOUCHES
Arthur Billerey
REVERIE EVEILLEE
Théâtre Pitoëff, Petite scène (50 places), 12:00 – Durée 40 min

A l’aube des mouches, tout est affaire de débordement, d’années qui passent comme les comètes. En dormant on a des noms d’emprunt, on met l’écho avant le cri, ainsi va la vie. Arthur Billerey dessine de sa plume libre un tracé envoûtant, une respiration, une musique intérieure qui transforme le regard sur le monde extérieur. Ce premier recueil, publié par les éditions de l’Aire, est un bijou que l’on range au fond de sa poche et que l’on ressort par cœur pour se donner du baume à l’âme.

JOHN BERGER, INEDIT
Katya Berger, Yves Berger, Claude Thébert
LECTURE DOUBLE FACE
Les 4 coins (60 places), 13:00 – Durée 40 min

John Berger. Les mots fusent à son évocation : engagé, anticonformiste, brillant, exigeant, implacable, en colère, bienveillant, magnifique.L’art, pour lui, comportait toujours une dimension politique et s’instituait en puissance face aux dérives de la société. Ses deux enfants, Katya et Yves Berger, entourent ici Claude Thébert pour lire des extraits de correspondance inédite avec leur père et d’autres textes connus. Un moment intime et rare avec un artiste hors norme que l’on aurait aimé éternel.

MOISSON
Texte Alexandre LecoultreJeu Alexandre Lecoultre, Jérôme Melly. Piano Lucas Buclin
PROMENADE INITIATIQUE
Le monde à part (50 places), 13:00 – Durée 50 min

L’Espagne, l’Inde, la Roumanie, le Valais : quatre lieux comme autant de chapitres où se raconte le voyage initiatique d’une jeunesse en formation. Alexandre Lecoultre lit sa prose poétique avec le comédien Jérôme Melly, tandis que le pianiste Lucas Buclin offre à chaque rivage son rythme. Jazz, classique ou music-hall, ses mélodies transcendent les voix et les mots pour amplifier cette expérience corporelle du monde.

THERESE ET LA CHEVRE
De et avec Dorothée Thébert. Projection Filippo Filliger
ACCOUPLEMENT SURPRISE
CUP base (50 places), 13:00 – Durée 45 min

Quoi de plus différent qu’une sainte et un idiot maladroit ? Par conséquent, quoi de plus intéressant à mettre en présence ? Un beau jour d’enfance, les parents de Dorothée Thébert l’emmènent voir Thérèse d’Alain Cavalier, puis dans la foulée La Chèvre de Francis Veber. De ce grand écart cinématographique, la photographe et performeuse a gardé, trente ans plus tard, l’envie de réunir les deux protagonistes antagonistes dans Thérèse et la chèvre (éd. Cousu Mouche). Une lecture pleine de facéties sonores où sublime et légèreté font la noce.

LA RIVE OPPOSEE (DIX ANS PLUS TARD)
Texte Fabiano Alborghetti. Lecture Fabiano Alborghetti, Pascal Cottin
Musique Khalil Bensid, Djély Mamou Kouyaté
LECTURE PSALMODIQUE
TAMCO (60 places), 13:30 – Durée 45 min

Eux qui ont traversé la mer et bravé la mort, voilà maintenant qu’ils mènent une vie misérable. Au début des années 2000, Fabiano Alborghetti passe trois ans avec ces migrants que d’aucuns voient comme des criminels. Il ne rencontre auprès d’eux qu’honnêteté et dignité. Avec des guitares et un chant qui nous emmènent sur le continent africain, le poète italo-tessinois psalmodie en duo les voix qu’il a données à ces clandestins dans La rive opposée (dix ans plus tard) (éd. d’En bas), Prix suisse de littérature 2018.

L’OS A VŒUX
Conteuse Béatrice Leresche. Musique Denis Croisonnier
CONTE DU GRAND NORD
Musée du Vieux Plainpalais (20 places), 13:30 – Durée 35 min

Sur les bords du lac Winnipeg, le souffle ensorcelant du Grand Nord canadien. Alors qu’un lynx dévore une oie des neiges, un homme l’inter- rompt et recueille l’un des os de l’oiseau, dont il découvre le pouvoir magique. Au son d’un accordéon jazz, Béatrice Leresche lit quelques extraits de ce poème narratif des Amérindiens de la tribu des Crees tel que Howard A. Norman, écrivain contemporain américain, l’a retranscrit en écoutant l’un de leurs fameux conteurs.

LES PRINTEMPS DE JAN
Texte Allen Ginsberg, Vaclav Havel, Bohumil Hrabal, Jan Saudek. Concept, visuels et performance Flora BuberleLecture Clea Eden
PROMENADE PRAGOISE
Sounds Records, 14:00 – Durée 1h

Vaclav Havel, Bohumil Hrabal, Jan Saudek et Allen Ginsberg : les trois premiers étaient tchécoslovaques, le dernier américain, mais tous ont été censurés par Prague dans les années 1960. Nourrie par le passé de sa grand-mère pragoise et par les archives de la police secrète tchécoslovaque, Flora Buberle insère les textes des censurés au sein d’une installation visuelle, sonore et écrite. Cette performance atmosphérique rend aussi hommage à l’étudiant Jan Palach, qui s’est immolé en 1969 pour protester contre l’Etat communiste.

L’HEURE DU CRIME
Texte Stéphane Berney, Eric Bulliard, Matthieu Corpataux, Isabelle Flückiger, Sarah Frund, Sophie Jaussi, Antonie Oberson, Bérengère Pra, Charly Rodrigues, Maxime Saccheto, Valérie Torrent, Myriam Waehli. Avec Agathe Hazard Raboud, Aurore Jecker
LECTURE BRUITEE
Le Marcel (30 places), 14:00 – Durée 30 min

Ils et elles sont douze auteurs à s’être penchés sur une photo de ville en noir et blanc. Puis elles et ils ont imaginé des petits polars où se racontent des histoires de famine, de bataille historique reconstituée, d’hivers toujours plus longs. Emmitouflés de nappes sonores et de bruitages en direct à la façon des pièces radiophoniques, Agathe Hazard Raboud et Aurore Jecker en lisent des extraits-clés. Irrigué par L’Epître, revue de jeunes talents, l’événement donne à voir tout un pan du dynamisme littéraire romand.

CŒUR DE PLASTIQUE
Texte et lecture Victor Comte, Sarah Marie, Lisiane Rapin, Marilou Rytz, Ed WigeMise en scène Sarah Eltschinger
LECTURE THEATRALISEE
Ecole de danse de Genève (60 places), 14:00 – Durée 50 min

Elle est bien, cette île en plastique : on n’y vit pas trop mal et même depuis plusieurs générations. Mais voilà que soudain, le confortable continent ne dérive plus. Pourquoi ? Comment ? Que faire ? Cinq étudiants de l’Institut littéraire suisse ont laissé leur imagination voguer sur notre relation à la terre et à son sous-produit tiré du pétrole. L’Assemblée citoyenne de l’île trouvera-t-elle une solution ? Une fable décalée mise en scène par une étudiante de la Haute école de théâtre de Suisse romande.

EMBRASE-MOI
Texte Ahmed BelbachirMise en lecture Thierry RomanensJeu Thierry Romanens, Elphie Pambu. Musique Patrick Dufresne, Sacha Love
DUO BRULANT
Théâtre Pitoëff, 14:00 – Durée 40 min

Un guitariste d’un côté, un batteur de l’autre et, entre les deux, Elle et Lui qui chantent l’urgence de l’amour naissant, du désir qui emporte comme un fleuve, des taxis dans lesquels on se jette pour se rejoindre, de la plénitude qu’apportent ses lèvres sur sa peau. Devenu maître en lectures jouissives, Thierry Romanens dit avec Elphie Pambu ce long poème  d’amour écrit par Ahmed Belbachir, homme de théâtre et de poésie dansante.

LES SECRETS DE LA VIEILLE-VILLE
Arnaud Bosch
BALADE-QUIZ HISTORIQUE
Bibliothèque municipale de la Cité, Espace le 4e, 14:00 – Durée 2h
Inscription obligatoire : cite-mediation.bmu@ville-ge.ch

Que savez-vous vraiment de notre bonneVieille-Ville, de ses secrets et de ses particularités ? Munis de votre smartphone ou de votre tablette, baladez-vous dans les rues accompagnés de l’historien Arnaud Bosch, fondateur des conférences « Les apéros de l’histoire ». A l’aide de votre appareil, vous pourrez télécharger gratuitement un quiz malin qui vous en dira long sur les monuments jalonnant ce parcours.

LE TRIO
Texte Sabine ZaaleneVoix Philippe FretzMusique Philippe Fretz, Adrien Lièvre, Claude Tabarini
QUETE FRAGMENTEE​
Les Recyclables (40 places), 14:00 – Durée 45 min

Tout commence avec une phrase : «A Souk-Ahras se trouve l’olivier de Saint-Augustin.» Mais la narratrice a-t-elle vu cet arbre, lorsque son père l’emmenait en Algérie ? De cette incertitude, Sabine Zaalene a tiré Vieille branche (éd. art&fiction), un récit documentaire où l’archéologue, historienne de l’art et artiste visuelle mêle des lieux, des rencontres, des regards, des morceaux de temps.
Au saxophone, à la guitare et aux percussions, un trio jazz lit et joue cette écriture tout en fragments intimistes.

AUTOUR DE BORDER
Texte Jacques Houssay. Avec Jacques Houssay et Lapsus de luxe (Stéphane Augsburger, Jonathan Delachaux, Philippe Dunant, Julien Israelian)
IMPROVISATION TEXTUELLE
Les 4 coins (45 places), 14:30 – Durée 40 min

Soit un écrivain public appelé Scribouilleur, une ville peuplée d’écorchés vifs nommée Border et un roman éponyme publié en 2019 par Jacques Houssay (éd. Le Nouvel Attila). Sur ce trio d’éléments, un quintette composé de l’écrivain et de ses compères musiciens improvise une jam musicalo-littéraire. La parole invente sa partition tout autant que le saxophone, la clarinette, la guitare, la percussion ou l’inclassable orchestre de poche de Julien Israelian. De la littérature vue comme un instrument de musique.

LE CULTE DES LIVRES CULTES
Collectif AJAR (Joanne Chassot, Nicolas Lambert, Julie Mayoraz, Matthieu Ruf, Aude Seigne)
LITTERATURE FANTOME
Café Jules Verne (40 places), 14:30 – Durée 1h

Qu’est-ce que lire sinon rêver ? Animés par cette évidence, les 23 jeunes talents romands du collectif littéraire AJAR se sont aventurés dans leur propre tréfonds pour en revenir avec un extravagant trésor littéraire imaginaire. Cinq de leurs membres partagent leurs découvertes au cours d’une conférence en forme de cérémonie performative. Listes de titres, critiques fictives, résumés possibles, tout est bon pour donner vie à ces livres cultes occultés qu’il faudrait impérativement lire avant de mourir, s’ils existaient.

SAFARI AU ROSTIGRABEN
Laurence Boissier, Gerhard Meister. En partenariat avec le Centre culturel suisse Paris
TANDEM DIALECTAL
Théâtre Pitoëff, Petite scène (50 places), 15:00 – Durée 1h

L’une voit son écriture comme un genre de yoga, l’autre comme un examen de dermatologue. Mais les deux ont en commun le dialecte bernois, Gerhard Meister parce qu’il a écrit dans cette langue Mau öppis ohne Bombe, Laurence Boissier parce qu’elle a voulu que son Safari soit traduit en Bärndütsch (co-édité par art&fiction et les éditions lucernoises Der Gesunde Menschenversand). Ensemble, dansun esprit de rythme joyeux, ils lisent leur livre paru simultanément.

CARGO
Collectif Veau Biche Ours (Thibaud Gerber, Antoine Guerne, Antoine Rubin)
JOURNAL MARIN
TAMCO (60 places), 15:00 – Durée 50 min

Après avoir éprouvé la mélancolie du commerce maritime dans son Chant des containers (éd. du Noyau), le jeune écrivain biennois Antoine Rubin prolonge le vertige que lui inspire le monde industriel de la mer. Un voyage en cargo l’a emmené de Rotterdam à l’Irlande. Entouré de deux guitaristes folk qui jouent habilement de la pédale d’effets, il déroule des textes inspirés de son journal de bord. Une lecture façon spoken wordenrichie d’images de l’expédition. Cendrars ne plane pas loin.

APRES SATURNE
Texte Bastien RoubatyAvec Matthieu Corpataux,
Sarah Moeschler, Bastien Roubaty
ECHAPPEE COSMIQUE
Le Marcel (30 places), 15:00 – Durée 30 min

Dans le monde de Bastien Roubaty, les machines à pain s’emballent et les balles de tennis filent dans le cosmos pour défier les étoiles, puis écrivent des lettres à leur famille pour tromper l’ennui. On ne met donc pas longtemps à décoller dans Après Saturne (éd. PLF). Entouré de deux complices, Sarah Moeschler et Matthieu Corpataux, l’auteur transmute son second roman en objet scénique hybride où costumes d’astronautes et musique spatiale dessinent une performance entre lecture et théâtre. Le retour sur terre est prévu.

TRAS-OS-MONTES
Texte José-Flore Tappy
Mise en lecture, jeu Michel Voïta. En présence de José-Flore Tappy
LECTURE EPIQUE
Le monde à part (50 places), 15:00 – Durée 1h

Dans cet endroit reculé, la petite vie de tous les jours prend l’étoffe d’une épopée : une fourgonnette passe chargée de cageots, une vieille paysanne lave des carreaux, trie des cerises. Les faits et gestes des figures de l’ombre tissent une légende. Recueil de poèmes unis par un lien narratif souterrain, Tras-os-Montes a valule Prix suisse de littérature 2019 à José-Flore Tappy. Brillant lecteur de Proust, Kafka, Duras, Büchner, Michel Voïta restitue la lumière et les rythmes d’une intimité qu’il partage.

CECILE COULON AU PARADIS
De et avec Cécile Coulon. Musique Pierre-André Pernin. En partenariat avec Les Créatives
DESIR FATAL
Les 4 coins (60 places), 16:00 – Durée 40 min

Nous sommes au Paradis, une ferme isolée,située au bout d’un chemin sinueux. C’est là qu’Emilienne élève seule ses petits-enfants, Blanche et Gabriel. Les saisons passent, les enfants grandissent et Blanche rencontre Alexandre, son grand amour. Alors qu’elle est puissamment attachée à sa terre, lui rêve d’ailleurs, de ville, de réussite. Leur bonheur se fracasse et laisse place à une vengeance bestiale.
Cécile Coulon la flamboyante s’enrobe de sons live pour dire ce roman noir, cette déflagration charnelle. Huis clos maillé de désir et de folie, Une bête au Paradis (éd. L’Iconoclaste, Prix Le Monde 2019) a des accents de tragédie racinienne, tout en nous catapultant dans la brûlante actualité d’un monde paysan à bout de souffle. On en ressort essoré, mais ébloui.

INCONNU & INSUPPORTABLE
Cyrille Martinez, Fabienne Radi

LECTURE PING-PONG
CUP base (50 places), 16:00 – Durée 50 min

Un poète (une poétesse aussi) est en général une personne invivable et, de surcroît, inconnue. Forts de cette constatation, Cyrille Martinez et Fabienne Radi se renvoient la balle dans une lecture où le premier balance Le Poète insupportable (éd. Questions théoriques) à la deuxième qui lui répond avec des fables de l’Américain Russell Edson (1935-2014), très estimé des connaisseurs outre-Atlantique. Une suite de récits courts où l’absurdité, l’ironie, la mélancolie et la cruauté se disputent la palme de la drôlerie.

SERVICE TROIS PIECES
Sylvain Gelewski
LITTERATURE SUR TOILE
Théâtre Pito!eff, Petite scène (50 places), 16:00 – Durée 40 min

Une table, une machine à écrire, une chaise, un artiste assis : l’archétype de l’écrivain au travail, sauf qu’ici les mots sortent d’une voix émise par deux haut-parleurs, tout en s’imprimant automatiquement sur un rouleau de toile. Auteur et peintre tout juste émoulu de la Haute école d’art et de design de Genève (HEAD), Sylvain Gelewski associe smartphone et complot, inventorie les objets d’une pièce de 17m2, inspecte la notion de capital dans ses moindres recoins avec un naturel désarmant.

LES TRICOTEUSES
Emile Fleuve
IMMERSION LABYRINTHIQUE
Le Marcel (30 places), 16:30 – Durée 45 min

Quatre haut-parleurs et le public au milieu. Les sons et les paroles voyagent, se croisent, se répondent, s’amplifient, construisent un dédale. Pourrons-nous en sortir ? De blocs narratifs en vagues de litanies gorgés de musique noise, Emile Fleuve raconte un groupe de femmes bien décidées à briser les comportements patriarcaux de leur village. Vont-elles commettre l’irréparable ? Un premier roman grinçant et fougueux paru en 2019 (Paulette éditrice), transformé par son auteur en œuvre sonore totale.

ROCK’N’ROLL STAR
Collectif Princesse LeopoldTexte Fanny WobmannJeu Laure Aubert, Laurence Maître, Fanny Wobmann
PLAIDOYER DEBORDANT
Un R de famille (25 places), 16:30 – Durée 1h
Ne pas réussir à concilier travail et famille, contracter un burn-out, tomber amoureuse au point de bouleverser son identité : la séquence est à la fois banale et violente. Dans un style charnel et terrestre, Fanny Wobmann (Nues dans un verre d’eau, éd. Flammarion, prix de la Fondation Schiller) raconte une souffrance qui a pour envers une force de vie libératrice. Dans un dispositif qui implique les spectateurs, le collectif théâtral dont elle fait partie livre quelques éclats de ce plaidoyer pour le droit au débordement.

LE MONOLOGUE DE MICHEE CHAUDERON
Texte Mélanie Chappuis. Lecture Pierandré Boo, Mélanie Chappuis
Sons et images Damien Schmocker
SUPPLIQUE ENSORCELEE
TAMCO (60 places), 17:00 – Durée 1h

Etre née le jour de l’Escalade aurait dû lui porter chance, mais non. Lavandière et guérisseuse,Michée Chauderon a été la dernière «sorcière» brûlée par Genève, en 1652. Ironie suprême : parmi ses délatrices figure la Mère Royaume. Mélanie Chappuis a imaginé les dernières pensées de l’immigrée savoyarde que la société genevoise a accablée de tous ses malheurs. L’écrivaine incarne la suppliciée avec l’appui de Pierandré Boo en lecteur de faits, et de Damien Schmocker en jongleur de sons.

FRIDA KAHLO,
A LA VIE A LA MORT
De et avec Claire Berest. Musique Romain Beytout

EFFUSION VOLCANIQUE
Hôtel Tiffany (35 places), 17:00 – Durée 1h

1928 : Frida Kahlo rencontre Diego Rivera. De Mexico à Paris, en passant par les Etats-Unis, ces deux monstres de la peinture vivent une passion volcanique. Elle est sa «poupée avec des couilles de caballero», il est son plus terrible accident. Et pourtant elle n’aime que lui, se perd en lui.
De son écriture vive et chatoyante, Claire Berest étreint librement cette histoire d’amour, entre dans la peau de Frida Kahlo, au plus intime de ses joies et de ses fêlures. Rien n’est noir (éd. Stock) est une pulsation sensuelle, un feu d’artifice aux mille coloris. L’auteure en restitue les rythmes et les incandescences, rejointe par les modulations de l’artiste lyrique Romain Beytout.

PAR LES ROUTES
Sylvain Prudhomme
Avec les musiciens Fabien Girard, Samuel HirschEn partenariat avec la Maison de la Poésie de Paris«Le monde se divise en deux catégories. Ceux qui partent. Et ceux qui restent.»
LECTURE MUSICALE
Théâtre Pitoëff 18:30 – Durée 1h

Sacha vient de s’installer dans une petite villedu sud-est de la France. Il y recroise son colocataire d’autrefois, l’autostoppeur. Presque vingt ans ont passé, sans nouvelles, sans se parler, et pourtant l’amitié est intacte. L’autostoppeur vit dans une jolie maison, avec Marie et leur enfant. Un triangle amoureux se forme lentement. Il faut dire que l’autostoppeur continue de prendre la route, de plus en plus souvent, de plus en plus longtemps, jusqu’à disparaître à nouveau. Reste alors Marie, belle et accueillante, déterminée à vivre et à aimer.

Sylvain Prudhomme fait partie de ces écrivains dont on attend avec impatience chaque nouvelle publication. Après Là, avait dit Bahi, Les Grands (Révélation française de 2014), Légende (finaliste du grand prix de l’Académie française), Par les routes (éd. L’arbalète Gallimard) est son huitième livre, largement repéré comme un des romans les plus enthousiasmants de cette rentrée littéraire.

L’air de rien, avec sa musique entêtante et sa légèreté entraînante, Par les routes traverse des sujets essentiels – voire urgents : l’hospitalité, le désir, l’amour, les choix qui déterminent nos existences.

Sur scène, entouré de deux musiciens, Sylvain Prudhomme dit ce récit solaire, cet éloge de la lenteur, ce corps à corps avec la vie plein d’une humanité chavirante.

Librairie Albatros
Librairie Atmosphère
Librairie Au Chien bleu
Librairie Cumulus
Librairie La Librerit
Librairie Le Boulevard
Librairie l’Olivier
Librairie nouvelles pages
Librairie Papier gras
Librairie Payot – Rive gauche
Librairie Vent des routes
Café-librairie Livresse
Editions art&fiction
Editions Cousu mouche
Editions d’autre part
Editions des Sables
Editions des Syrtes
Editions Drozophile
Editions Encre fraîche
Editions Georg
Editions Héros-Limite
Editions La Baconnière
Editions La Joie de Lire
Editions Plan vert
Editions Slatkine
Editions Zoé
Fondation Barbier-Mueller
Fondation Martin Bodmer

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Partager cette page avec vos amis